Fufumania

Publié le par SPA Tourcoing

Animal de compagnie très répandu aux Etats-Unis, le furet est devenu le 3ème compagnon préféré des français après le chat et le chien.

 

Sa durée de vie d’une dizaine d’années et les conditions d’accueil particulières à son espèce requièrent néanmoins quelques connaissances de base. Il est donc important de ne pas céder à l’effet de mode et de bien se renseigner avant d’adopter.

  Lili

Attention !

Dès lors que vous aurez envisagé la question dans toutes ses dimensions et que vous aurez pris la décision d’adopter votre petit compagnon, un mal incurable commun à tous les fans de furets peut vous frapper pour toujours : le syndrome fufumaniaco-addictif !

 

Le fufumaniaque dans tous ses états

 

Raide dingue de son moustachu fouineur, le fufumaniaque le sait vif, espiègle et joueur. L’attachement est d’ailleurs réciproque car le furet est un animal social qui s’apprivoise bien et est très proche de ses maîtres.

 

Gros dormeur, il est néanmoins très tonique dès son réveil. Il a alors besoin de beaucoup d’attention et d’espace car il ne supporte pas d’être enfermé en permanence.

Notre amoureux des furets a ainsi adapté son environnement aux besoins de son compagnon afin d’éviter tout accident domestique : chutes, traumatismes par écrasement (fauteuil à bascule, canapé clic-clac), brûlures, ingestion de produits ou de plantes toxiques, noyade (baignoire, toilettes, seau), piétinement accidentel,… Il ne laisse jamais son furet seul en liberté dans la maison, sauf dans une pièce aménagée à son intention.

 

Son hyperactivité pouvant impressionner les plus jeunes, notre ami furet n’est pas autorisé à fréquenter Fufumaniac Junior de trop près. Il est en effet déraisonnable de confier un furet à un jeune enfant car toute réaction brutale pourrait conduire à une morsure de défense.

 

De tempérament têtu, il est difficile de faire obéir Fufu le furet. Quelques subterfuges peuvent cependant être utilisés pour le faire rentrer dans sa cage par exemple : un sifflement, le son d’un grelot ou d’une clochette, voire celui d’une « boîte à meuh » ! L’association du bruit et de l’attribution systématique d’une friandise lorsque le furet obéit est en effet souvent persuasive.

  zizou furet

Fufumaniac n’ignore pas que son animal n’a aucun rappel. Il veille donc à ce qu’il ne s’échappe pas à l’extérieur car il se perdrait et serait impossible à retrouver (surtout sans identification électronique). Les sorties hors du domicile sont donc surveillées et les promenades se font avec un harnais adapté. Toutefois, ces escapades ne sont pas indispensables car la foule et le trafic routier sont souvent source de stress pour l’animal.

 

Fufu et son chez-soi chez moi

 

Il n’y a pas de différence de caractère entre Mademoiselle et Monsieur Fufu.

Physiquement, Monsieur est souvent d’un gabarit supérieur (parfois le double). Il est préférable de faire castrer ce dernier pour éviter les problèmes d’agressivité et d’odeur (le furet non castré dégage une odeur musquée). Il est par ailleurs indispensable de faire stériliser une demoiselle non reproductrice afin de lui éviter des soucis de santé pouvant entraîner la mort.

 

Pour être à son aise, Fufu doit disposer d’une cage spacieuse, de préférence à étages, dans laquelle on disposera un hamac en partie basse (très apprécié) et des jouets (tuyaux, passerelles, balles en plastique dur…), ainsi que des lainages dans lesquels il se glissera pour dormir tout son soûl (20 heures par jour). Un biberon d’eau sera mis à disposition, ainsi qu’un bol de nourriture solidement fixé à la cage car le furet à tendance à renverser les récipients.

 

Fufu s’éduque bien à la propreté. Un bac contenant de la litière pour chat lui convient parfaitement si elle est maintenue propre et souvent renouvelée.

 

Sans être susceptible, notre Fufu n’apprécie guère d’être traité de rongeur. Appartenant à la famille des mustélidés (comme la belette, la fouine, l’hermine, la loutre, le putois, le vison), il est un carnivore strict. A ce titre, il doit recevoir une alimentation riche en protéines et pauvre en fibres car il les digère très mal. On peut lui donner des croquettes pour chatons de bonne qualité, mais l’idéal est de proposer des croquettes spécialement adaptées aux furets. Il ne faut jamais lui donner de restes de tables car son organisme ne supporte pas le sel. L’ail, l’oignon et le chocolat sont toxiques. En revanche, un jaune d'oeuf par semaine peut être donné en guise de gourmandise.

  

Ni cigale, ni fourmi, mais fidèle à son instinct, Fufu est prévoyant et aime faire des provisions pour ne pas manquer en cas de disette. Il transporte à cet effet de la nourriture qu’il stocke en divers endroits de la maison. Il n’est pas rare qu’il sache ouvrir les portes de placard, ou qu’il dépose ses réserves dans des endroits improbables tels le fond de vos chaussures, le caisson moteur de votre réfrigérateur, ou encore votre sac à main… Furet et chat

 

 

S’il y est habitué jeune, Fufu le furet peut cohabiter avec un chien ou un chat, sauf si ce dernier est impressionnable et que la vivacité de son petit compagnon le dérange. En revanche, il faut éviter la compagnie de petits rongeurs (cobaye, hamster) qui réveille son instinct de chasseur.

 

 

 

Si vous pensez avoir tous les symptômes du fufumaniaco-addict, n’hésitez pas à nous contacter !

Publié dans Infos